Lauriane Firoben
céramique contemporaine

Poteries

Poteries en céramique de Lauriane Firoben

Terres d’usage : objets du quotidien parés de terres sigillées et cuits au bois ou enfumés

Un bol au creux des mains : geste archétypal qui fonde l’humanité.

Blotti au creux des mains, tel un oiseau chaud, vibrant et délicat, un bol à thé se fait bol à rêves, pour incarner une présence au monde. La main caresse et enveloppe le bol ; les lèvres se posent sur la lèvre ; le regard sinue parmi les paysages esquissés par le feu sur l’argile polie ; l’esprit s’absorbe dans les reflets dorés du thé révélés par les nuances de la terre, comme une goutte d’eau précieuse sur une feuille d’automne, une perle de rosée au creux d’un galet après la pluie.

Alors le bol se transforme en invitation au voyage primordial, celui qui mène à soi puis ouvre aux autres. Et le bol devient sacré, comme l’espace, le temps et les mains au creux desquelles il palpite.

Un bol, un pot. Pot, poterie, potière. J’aime ces mots tout en rondeur, nobles et généreux en bouche. Je me sens fille d’une lignée de glaiseuses et de glaiseux remontant à la nuit des temps, et j’aime faire des pots comme un acte sacré qui incarne une rencontre. Rencontre, entre un contenant et un contenu, un contenant et des lèvres, un contenant et des mains, un contenant et un ustensile. Rencontre nécessaire, à un instant, pour assouvir un besoin vital de conservation, de consommation…ou un plaisir vital. Rencontre passagère, parce que dans l’assouvissement de ce besoin ou de ce plaisir se jouent un début et une fin. Mais la porte est alors ouverte à tous les recommencements.

Formes contenantes et fécondes, souvenir des mains en coupe originelles et des rondeurs archétypales. Qu’est-ce qu’un contenant ? Accueillir, recueillir, transformer – passage, mouvement de l’extérieur vers l’intérieur puis l’extérieur à nouveau, échange – protéger, offrir…

Souffles. Frissons d’argile, sourire d’un fruit mûr. Des bols et des gobelets pour suspendre le temps, des plats, des calices, des coupes et des coupelles pour accueillir l’instant, des boîtes pour couver des histoires vieilles comme le monde. Des pots ronds comme des fruits gorgés de vie et vibrants comme des cocons prêts à éclore, des objets du quotidien pour éclairer son chemin, des terres d’usage pour s’envoler au loin et célébrer la beauté des jours.

Flammés solaires et telluriques, ou brumes vaporeuses et lunaires des cuissons au bois, profondeurs nocturnes constellées des enfumages : terre, feu et fumées se lient, alchimie.

Ce pourraient être les 4 directions et le centre de chacun. Ce pourraient être les 4 éléments et le cinquième. Ce pourraient être les heures du jour ou les âges de la vie. Ce pourrait être soleil ou lune, zénith ou nocturne, jour de lumière ou jour de neige.

Ce pourrait être aussi votre prochain objet du quotidien, au creux de vos mains, pour laisser rayonner l’écho des chants anciens et l’empreinte de la poésie de la vie.

Ces pièces vous plaisent ?